31 MAI - 01 JUIN 2022 Paris - France La rencontre capitale des acteurs du packaging de luxe

Packaging écoconçu : les vignerons multiplient les initiatives

Le 15/11/2021

De plus en plus de vignerons optent pour des emballages écoconçus. La démarche séduit les consommateurs. Plusieurs d’entre eux nous détaillent leurs choix.

 Bio, mais pas que ! » Sandrine et Joël Duffau apposent ce slogan sur leurs contre-étiquettes depuis que leur gamme de vin est intégralement éco-conçue. Propriétaires des châteaux La Mothe du Barry et les Arromans, 35 hectares cultivés en bio, à Moulon (33), ils ont verdi leur packaging il y a deux ans. « Nous avons commencé il y a deux ans et demi par alléger la bouteille de notre bordeaux supérieur à la demande de la Société des Alcools du Québec pour passer de 550 à 410 grammes », annonce Sandrine Duffau. L’année suivante, après avoir écoulé leurs stocks d’anciennes bouteilles, le couple a basculé toute sa production, de 180 000 à 200 000 cols par an, dans ce modèle de VOA Verrerie d’Albi.

Puis, ils ont changé de bouchon. Diam leur a suggéré un aggloméré certifié FSC (Forest Stewardship Council), label qui garantit une gestion durable des forêts de chêne liège. Dans la foulée, l’étiquette a suivi. « Nous recherchions un papier sobre et 100 % recyclé, indique Sandrine Duffau. L’imprimerie Berjon nous a montré deux modèles : le Rustrel, légèrement beige, et le Ronda, blanc, qui nous ont immédiatement plu. » De plus, elle récupère les glassines, les bandes sur lesquelles sont collés les étiquettes adhésives, afin de les recycler.

Jusqu’au moindre détail

Les vignerons se sont décidés pour l’Absolute Green Line de Rivercap, une capsule de surbouchage en polyéthylène issu de canne à sucre. « Quant aux cartons, ils étaient déjà en kraft recyclé et recyclable. Nous avons donc simplement sélectionné deux imprimeurs possédant le label Imprim’Vert : Maubrac et Saica Pack », indique Sandrine Duffau. Pour finir, le couple a poussé le bouchon jusqu’au film étirable qui entoure ses palettes de bouteilles, choisissant un film biodégradable de Soluplast.

Forts de cette expérience, Joël et Sandrine ont lancé cette année, Sens, un nouveau bordeaux supérieur d’emblée entièrement écoconçu. Leur agence au Québec les a encouragés à créer une contre-étiquette expliquant toute cette démarche, qu’ils vont utiliser pour l’ensemble de leur gamme de vin. Sandrine Duffau estime que l’éco-conception augmente le coût du packaging de 10 à 15 %. « Cela prend aussi du temps, juge-t-elle. Il faut demander les échantillons, comparer les solutions, étudier les devis… »

Une cuvée ex-nihilo emballée écologiquement d’entrée de jeu

Si Joël et Sandrine Duffau ont sélectionné étapes par étapes leurs emballages, le Château de Manissy, à Tavel dans le Gard, a préféré lancer en 2019 une cuvée ex-nihilo, emballée écologiquement d’entrée de jeu. « C’est un côtes-du-rhône rouge bio que nous avons baptisé Elzéar, en référence au livre de Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres, car pour chaque bouteille achetée, nous plantons un arbre avec l’association Reforestaction », annonce Antoine Édouard, le responsable commercial. Avant de trouver les emballages adéquats, « il y a eu des péripéties, enchaîne-t-il. Nous souhaitions un papier recyclé. Chalaguier, notre imprimeur, nous a présenté un modèle épais avec les fibres apparentes que nous allions être les premiers à utiliser. Quand nous avons commencé à étiqueter les bouteilles, les rouleaux se sont cassés à cause de l’épaisseur du papier. Nous avons dû les réparer en les scotchant. » [Lire + ]

Source: https://www.vitisphere.com/actualite-95298–packaging-ecoconcu-les-vignerons-multiplient-les-initiatives.html

Linkedin