31 AOUT - 01 SEPT 2021 Carreau du Temple - Paris - France La rencontre capitale des acteurs du packaging de luxe

Parcome cultive sa différence

Le 29/03/2021

Spécialiste de l’emballage technique pour les industries du luxe, la société Parcome peut désormais proposer à ses clients l’alternative du « Made in Europe » grâce à sa nouvelle implantation en Bulgarie. Un atout supplémentaire dans sa démarche éco-responsable.

Depuis 35 ans, Parcome, fournisseur de coffrets et de sacs pour tous les secteurs du luxe (cosmétique, parfumerie, mode, joaillerie, spiritueux, maroquinerie…), a fait du sur-mesure sa marque de fabrique. « Chaque nouveau projet est une nouvelle aventure ! » lance Romain Lacombe, Directeur Commercial Parcome Paris. Et, depuis quelques années, les valeurs de durabilité et de responsabilité se sont invitées dans cette aventure…

La démarche éco-responsable de Parcome repose d’abord sur sa maîtrise complète de la production. La société possède sa propre usine en Chine depuis 2012, avec un management français (dont un responsable « RSE & Sustainibility » depuis début 2021), et a ouvert en 2020 un nouveau site de production en Bulgarie qui est appelé à monter en puissance dans les prochaines années : « Relocaliser la production en Europe pour les clients européens et réduire les transports : les marques françaises et européennes sont de plus en plus sensibles à ces arguments ».

L’entreprise travaille aussi sur l’éco-conception et la recherche autour des matériaux, en particulier d’alternatives au plastique pour les inserts. En la matière, le PET recyclé (jusqu’à 90 %) offre des résultats excellents en termes de transparence, ou encore la pulpe de papier certifiée FSC quand le projet s’y prête. Plus innovant encore : les inserts à base de bagasse (à partie de déchets issus de la culture de la canne à sucre) présente les mêmes qualités de maintien et de protection du produit que le plastique, mais le coût reste encore un frein pour certains. « Le moule pour produire l’insert est environ 10 à 20 fois plus cher, c’est donc un investissement, plutôt pour les marques qui ont de très gros volumes », précise Romain Lacombe.

Même chose du côté des laminations : en alternative au pelliculage plastique, Parcome propose pour ses sacs papier un vernis à l’eau pour éviter le dégorgement et bien fixer la couleur, ou encore un pelliculage en PLA (bio-plastique à base d’amidon de maïs). Résultat : le produit présente un effet glossy ou mat et il est plus solide et résistant à l’humidité, tout en restant recyclable. Ajoutez à cela des cordelettes ou rubans en papier tissé qui offrent une toucher équivalent à celui du coton et vous obtenez un sac qui peut être recyclé tel quel sans besoin de retirer les anses.

Conscient que l’idéal du développement durable se heurte encore bien souvent aux contraintes du coût et parfois du design, Romain Lacombe affirme la nécessité de faire toujours plus de pédagogie autour de ces innovations. Or, quoi de mieux que des échantillons pour toucher du doigt la différence ? Ainsi, Parcome est en train de développer sa mallette EMA (pour « Eco Materials Assistant ») soit un condensé de l’ensemble de ses matières, finitions et savoir-faire en packaging eco-responsable, qui sera dévoilé en juin sur le salon.

Linkedin