01-02 juin 2021 Carreau du Temple - Paris - France La rencontre capitale des acteurs du packaging de luxe

Ces objets en plastique à usage unique que vous ne pourrez plus acheter en 2021

Le 04/01/2021

La liste s’allonge à compter du 1er janvier. Jusqu’en 2040, des objets en plastique à usage unique seront progressivement bannis de notre quotidien.

Le gouvernement s’est donné 20 ans pour bannir complètement les plastiques à usage unique de notre quotidien. Si le choix d’une échéance si lointaine en a interpellé plus d’un, des interdictions prennent bel et bien effet dès cette année. Ainsi, à partir du 1er janvier, les Français ne peuvent plus acheter de pailles, couverts ou touillettes en plastique à usage unique.

D’autres objets en plastique jetables sont également radiés de nos vies comme les couvercles de boissons, les piques à steak, les tiges pour ballon ou encore les paillettes et confettis en plastique. Les boîtes en polystyrène expansé utilisées par la restauration rapide, pour emballer les kebabs par exemple, figurent également sur la liste des objets prohibés dès cette année. La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire prévoit aussi la fin des bouteilles en plastique dans le cadre d’événements festifs, culturels ou sportifs, mais avec des exceptions. Un délai d’écoulement des stocks de six mois pour ces produits est aussi toléré, à condition que les objets aient été fabriqués ou importés avant le 1er janvier 2021. «On les verra circuler pendant encore 6 mois mais la bonne nouvelle c’est que ces produits vont arrêter d’être fabriqués», précise Juliette Franquet, présidente de l’association Zéro Waste France.

En revanche, initialement prévue en janvier 2021, interdiction des emballages en plastique pour fruits et légumes de moins de 1,5 kg a été repoussée d’un an, pour laisser le temps aux industriels de s’adapter. De fait, les objets en plastique non réutilisable sont commercialisables dès lors qu’ils ont été conçus sous une forme durable, c’est-à-dire sans plastique. C’est déjà le cas des pailles, qui devaient initialement être interdites en janvier 2020. [Lire + ]

Source : Le Figaro

Linkedin