26 et 27 mai 2020 Carreau du Temple - Paris - France La rencontre capitale des acteurs du packaging de luxe

My Prod ou l’art et la manière de mieux gérer l’équation CO2

My Prod ou l’art et la manière de mieux gérer l’équation CO2

Le 31/05/2019

Au Carreau du Temple, l’expert belge des sacs et coffrets premiums ne présentera pas uniquement des produits mais bien aussi des opportunités : outils ou concepts, le fournisseur offre aux marques la possibilité de cultiver plus avant leur sens du sustainable.

C’est un système désormais bien rodé chez My Prod : pour chaque commande, l’entreprise belge propose à ses clients une formule « alter éco ». Entendez une option alter ego durable ad hoc. Un service à valeur verte ajoutée qui met la balle dans le camp des marques et qui s’appuie sur un logiciel comparateur de CO2 conçu par le cabinet spécialisé en analyse du cycle de vie CO2 Logic. « Toutes les marques n’optent pas pour l’alternative écologique mais toutes accueillent cette proposition de manière très positive », note Loïc Mintens, directeur commercial chez My Prod.

À l’origine de la plupart des décisions de rester sur des packagings conventionnels on trouve – bien sûr – des arbitrages financiers. Les éventuels surcoûts ne sont pourtant pas forcément rédhibitoires : « Tout dépend bien évidemment du produit concerné mais il est possible d’opter pour des alternatives véritablement durables avec des surcoûts moindres, de l’ordre de + 2 à + 5% », explique Loïc Mintens. Qui ne se tient pas pour battu : « Dans la même optique, nous sommes en train de déployer avec Reforest’Action un programme de compensation CO2 : une façon pour nos clients de neutraliser l’impact environnemental de leurs packagings en investissant dans la plantation d’arbre au local ».

Transporter raisonné, recycler effectif

LOIC MINTENS

C’est que Loïc Mintens n’entend négliger aucun levier : « Prenez la question du transport et pensez aux économies carbone que nous pouvons réaliser sur la simple base d’une logistique raisonnée ». Au quotidien, l’homme tente ainsi chaque fois que cela s’avère possible de promouvoir l’idée auprès de ses clients. Et cela semble fonctionner : « Commander 500 unités plutôt que cinq fois cent unités permet des économies substantielles : en optimisant ainsi les process en collaboration avec nos clients, nous avons gagné plusieurs centaines de transports l’an dernier ».

Autre angle d’attaque du directeur commercial de My Prod ces « recyclables » qui ne sont pas toujours recyclés : « Nous présenterons sur le salon une collection de boîtes métal aptes au contact alimentaire dans une optique re-use/zéro déchets. Des boîtes qui peuvent bien sûr être également recyclées et ce, non seulement parce que le métal est recyclable à l’infini mais peut-être aussi – et surtout – parce que les filières de recyclage pour le métal sont parfaitement accessibles et opérationnelles. Ce n’est malheureusement pas le cas pour tous les matériaux recyclables. C’est pourquoi nous sommes en train d’étudier différentes possibilités pour mettre en place des chaînes de recyclage en boucle fermée ». De quoi s’agirait-il ? « D’organiser la prise en charge par une enseigne ou une marque de la collecte de ses propres packagings usagés (sacs plastiques par exemple), pour les réincorporer dans de nouveaux sacs. Ou bien dans d’autres produits choisis ».

Du pack à l’objet

En attendant que ce projet voie le jour, My Prod creuse le sillon du détournement d’objet : « Nous lançons un concept de pochette en feutrine recyclée, conçu à destination des bijoutiers horlogers pour remplacer les traditionnels étuis et écrins. Nous sommes partis du constat suivant : en bout de chaîne, la plupart des clients laissent leurs écrins au fond d’un tiroir alors qu’une pochette est réutilisable en protection nomade sans contrainte de poids ni d’encombrement : l’emballage devient ici accessoire à part entière ».

Aux côtés des nouveaux tote bags déclinables en lin, en coton recyclé ou en coton certifié GOTS que l’on pourra découvrir sur le stand de My Prod, l’écrin à bijoux hybride que développe actuellement le fabricant sera peut-être dévoilé : en plastique injecté recyclé, habillé de velours pareillement recyclé en intérieur et de papier certifié FSC en extérieur, pour un surcoût de moins de 10% au total, il offrira une alternative 100% durable aux écrins à bijoux classiques. Petit clac sonore qualitatif à la fermeture compris.

 

Linkedin
Viadeo
Imprimer