26 et 27 mai 2020 Carreau du Temple - Paris - France La rencontre capitale des acteurs du packaging de luxe

TROIS QUESTIONS…Au Groupe Pochet

TROIS QUESTIONS…Au Groupe Pochet

Le 06/05/2019

Pierre Dehe, directeur RSE du Groupe Pochet et Isabelle Lallemant, directrice marketing & innovation

À l’occasion de Édition Spéciale by Luxe Pack, Pochet présentera son nouvel Essentiel : un boîtier make-up biosourcé, rechargeable, modulaire et recyclable. Qui dit mieux ?

L’Essentiel n’est pas une simple palette : c’est d’abord une solution fonctionnelle imaginée pour que les marques se l’approprient. Et quel que soit le développement sur-mesure pour lequel vos clients opteront, cette palette fait déjà figure d’exemple en matière d’éco-conception puisque comparée à un boîtier standard, son impact carbone a été divisé par deux. Comment êtes-vous parvenus à ce résultat ?

Pierre Dehé : En ne négligeant aucun détail. Pour mémoire, rappelons que ce boîtier est le fruit – ou plus exactement l’un des fruits – du programme Excellence & Responsabilité du Groupe Pochet. Un programme déployé sur l’ensemble des entités du groupe (Pochet du Courval, Priminter, Solev et bien sûr Qualipac qui est précisément à l’origine de l’Essentiel). Cette démarche RSE intègre un volet que nous avons baptisé Le Luxe Autrement et dont la vocation et de développer de nouvelles approches du luxe. Nous avons été précurseurs avec le pot Épure en 2017, premier produit à avoir été lancé avec une évaluation carbone. L’Essentiel va plus loin puisqu’il répond non seulement aux attentes des marques en termes de durabilité mais également aux nouveaux usages sur le segment de la color cosmetic.

C’est-à-dire… ?

Isabelle Lallemant : L’Essentiel est à la fois rechargeable et modulable. L’objectif était d’offrir à la consommatrice finale la possibilité de composer ses propres combinaisons chromatiques. Nous avons toutes fait l’expérience de palettes où nous n’utilisons que trois couleurs sur quatre par exemple – ce qui constitue un réel gâchis – ou dans lesquelles l’une des couleurs s’épuise toujours plus vite que les autres. Dans L’Essentiel, chaque godet est rechargeable individuellement. Grâce à un système innovant de platine, il est possible de changer tel ou tel godet (sans outil particulier) pour composer et recomposer la palette au gré de ses envies et de ses besoins. Dans ce sens, nous avons également conçu une commode à couleurs qui peut accompagner L’Essentiel pour stocker les godets. Car ce boîtier est aussi un outil nomade. D’un poids et d’un encombrement minimal, il est doté du miroir le plus fin du marché et il fait la part belle au make-up avec des godets plus généreux puisque les interstices ont été réduits au maximum. Ici, légèreté et finesse deviennent des attributs du luxe, portés par un design minimaliste. Qui permet également d’économiser sur les matériaux mis en œuvre : des plastiques biosourcés. Ces bioplastiques sont pour l’instant de génération 1 mais nous implémenterons bientôt des bioplastiques de génération 2, c’est-à-dire issus de cellulose. Conçu sans aimant ni colle – ce qui permet d’éviter 17g de CO2 par boîtier – L’Essentiel est en fin de compte 100% recyclable et sa conception même (rechargeabilité, modularité) permet in fine d’éviter la consommation – et donc l’impact sur l’environnement – de trois boîtiers.

Vous viendrez au salon avec d’autres nouveautés…

Isabelle Lallemant : C’est exact. La première est un coffret en bois naturel pensé pour le haut de gamme. Sa particularité est d’être 100% bois, c’est-à-dire sans colle ni charnière métallique, lesquelles sont remplacées par un système de charnières bois. Priminter a imaginé un ingénieux système d’assemblage des différents éléments du coffret par emboîtement ce qui permet en outre de réduire drastiquement l’impact carbone au transport puisque les coffrets peuvent être livrés à plat et montés en un tournemain. Notez que les décors de ce coffret sont en cuir d’ananas, travaillés au laser. Et que nous n’utilisons bien évidemment que des bois certifiés FSC…

Pierre Dehe : La deuxième nouveauté est déjà sur le marché puisqu’il s’agit des deux éditions limitées de L’Oréal : Bonbon et Flowerbomb de Viktor and Rolf. Ces flacons ont été réalisés par Pochet du Courval à partir de verre SEVA, un verre éco-responsable à empreinte environnementale réduite. Le verre SEVA intègre (et c’est une première) 10% de verre recyclé ce qui permet de conserver le plein potentiel de formage du verre. Notez que la brillance et la transparence de ce verre recyclé sont en tout point égales à celle de notre verre habituel et ce, sans avoir à retraiter le verre. Il faut dire que nous ne parlons pas de n’importe quel verre recyclé : nous utilisons exclusivement des verres issus de flacons de parfums haut de gamme. Nous avons mis en place une filière flaconnage spéciale pour un recyclage en boucle fermée. Dans ce projet, nous tenons d’ailleurs à remercier L’Oréal qui a mis en avant notre partenariat au dos de l’écrin de son parfum. Dans le luxe aussi, le recyclé devient un argument.

Linkedin
Viadeo
Imprimer